Electrification

Le soleil : la richesse locale, une ressource gratuite et inépuisable

 

A l'occasion de chacune de leurs missions à Hanlé Dabi, les bénévoles de KELISSA pointaient la nécessité de renforcer l'autonomie des villageois en matière d'énergie.

L'absence de lumière rend le quotidien des institutrices et instituteurs  très difficile que ce soit dans la vie personnelle ou dans l'exercice du métier.

En effet, les institutrices et instituteurs sont souvent des personnes issues d'une région, appelée les hauts plateaux où légumes et fruits foisonnent, contrairement à la région Afar, très aride et où tout pousse difficilement. Comment apprécier la vie, lors de ces premiers postes alors que écouter la musique le soir ou préparer les cours du lendemain deviennent des actions impossibles à cause de l'obscurité qui commence à 17 h 30 jusqu'au lendemain 5 h 30, et ce toute l'année.

De la même façon, de nombreux actes infirmiers ne sont pas réalisables à cause de ce même manque de lumière et dès 17 h 30 toute activité professionnelle mais aussi sociale s'arrête.

Le fonctionnement du forage en eau potable est très "gourmand" en gasoil et de ce fait très onéreux, rendant ainsi inaccessible l'accès à l'eau potable pour les villageois les plus pauvres qui ne peuvent payer.

D'où l'urgence de trouver une solution plus économique que le moteur à gasoil installé en 2003.

L'équipe de KELISSA a décidé de s'appuyer sur les compétences et l'expérience d'Electriciens Sans Frontières pour réaliser l'installation photovoltaïque du forage "au fil du soleil".

Son fonctionnement à coûts réduits, grâce à la gratuité de l'énergie solaire, a permis, pendant 3 années, à toute la communauté du village, de bénéficier de l'eau potable à volonté.

A ce jour, le forage ne fonctionne pas et un appel est lancé pour trouver une solution et un financement.

2012 : l'école et le dispensaire ont pu être électrifiés facilitant ainsi le travail et la vie personnelle des institutrices/instituteurs et infirmières/infirmiers locaux. Bien décidés à essaimer et à partager cette aventure avec des plus jeunes, KELISSA, en partenariat avec un enseignant du lycée Emile Peytavin de Mende ont engagés une classe de BTS électrotechnique dans cette action.

C'est ainsi que 6 étudiants ont lancé activement la mission de Mai 2012, première étape de ce projet ambitieux.

2013 et 2014 ont permis la poursuite du suivi du projet (Lycée Emile Peytavin/ESF/Kélissa/)

KELISSA continue à se mobiliser pour assurer le suivi des installations photovoltaïques de l'école et de du dispensaire de Hanlé Dabi et de Galssa ainsi que celle du forage au fil du soleil de Hanlé Dabi.